Articles de yugcib

    • guy sembic
    • Retraité de la Poste
    • Tartas

Centres d'intérêts : Ecriture, littérature

À propos de l'auteur : Guy, dit "yugcib", le pirate vivant dont l'écriture est plus proche du langage du coeur que du langage des intellectuels... Mais cette écriture de pirate a plusieurs registres cependant...

Citation préférée :

Administrateur de ce site : modifiez votre profil dans votre zone membre.

  • Quelle préoccupation de ce que l'on mange dans :

    … Les cantines des écoles des quartiers « multi-ethniques et défavorisés », les maisons de retraite et EHPAD, les restaurants collectifs de salariés, ouvriers ; les « fast-food » et les restaurants à « petits prix » de menu du jour , les hôpitaux ?

    Le « maître mot » en ces lieux de restauration cités ci dessus, n’ est-il pas « rentabilité » ?

    En ce qui concerne les cantines des écoles, certaines municipalités ont cependant le souci d’ un approvisionnement local, de bonne qualité, privilégiant des circuits courts dans une gestion et dans une organisation étudiée au mieux… Ce qui n’est absolument pas le cas dans les quartiers « multi-ethniques défavorisés » de zones urbaines et péri-urbaines…

    Légumes en boîtes de conserve ou de récupération de non vendus sur des marchés parce qu’altérés en partie et ayant été délaissés par les acheteurs ; viandes provenant d’élevages outre-atlantique (Brésil, USA, Canada ou de pays en voie de développement), viandes de synthèse produites par amalgame de déchets tripiers, de farines et de gélifiants ; produits à base de céréales – maïs blé orge soja – d’importation, tous ces produits traités chimiquement et donc « bourrés de pesticides »…

    Dans un EHPAD notamment de Korian, de DomusVi ou d’Orpéa (groupes privés privilégiant les actionnaires ), par exemple une « mémé » de 92 ans nourrie avec du poulet brésilien, pour le temps qu’il lui reste à vivre, ça va pas changer grand-chose !

    Et dans une cantine d’école de quartier « multi-ethnique défavorisé », ou dans la « restauration rapide » genre fast-food, le « maître-mot rentabilité » exclue souverainement la lutte contre l’obésité…

     

     

  • Une grosse lacune

    … Est-ce que c’est « une grosse lacune » de la part d’un poète, d’un penseur, d’un « homme d’écriture et de réflexion – et témoin de son temps à sa manière » de ne point connaître la moindre parole, la moindre musique, la moindre chanson en vogue… De Yul ou d’Aya, ces « deux mythes » des années vingt du 21ème siècle ? Et de ne rien savoir d’eux ?

    C’est pas « qu’il semble que oui, que ce soit une grosse lacune »… Ç’en est vraiment une, de lacune ! Pour ainsi dire un « péché » !

    De toute manière, quand on est à côté ou en marge de ce que l’ordre du monde encense, de ce que tout le monde plébiscite sur les réseaux sociaux d’une part, et dans les Zéniths et Arena d’autre part… On est en plein dans le « péché », on est « la lacune » !

     

  • Posé ces questions dans les moteurs de recherche :

    - Est-ce qu’un jeune enseignant débutant, professeur des écoles ou de collège peut être nommé contre son gré à Mayotte ou en Nouvelle Calédonie ?

     

    - Ce même jeune enseignant récemment reçu au CAPES, se voit-il en priorité, selon son rang ( éloigné) obtenu au CAPES, proposé un poste dans une école ou dans un collège de « banlieue difficile » où règnent violence et insécurité ?

     

    Voici les réponses :

    Un jeune enseignant, débutant ou ayant quelques années d’ancienneté ne peut être nommé contre son gré à Mayotte ou en Nouvelle Calédonie.

    Il existe pour le territoire de Mayotte un concours externe spécifique et local, auquel sont candidats de jeunes Mahorais, en conséquence le recrutement des enseignants à Mayotte se fait sur place – à l’exception cependant, de quelques jeunes ( ou moins jeunes) métropolitains qui eux, sont volontaires pour enseigner à Mayotte, moyennant une prime offerte pour 2 ans de présence renouvelable…

    Pour la Nouvelle Calédonie, c’est selon le dossier de candidature présenté, pour un enseignant envisageant de se rendre en Nouvelle Calédonie, sans liste de postes vacants. Une prime ( plus importante qu’à Mayotte) est offerte pour deux ans de présence renouvelable. Il n’y a pas non plus comme à Mayotte de nomination forcée…

    En ce qui concerne les « banlieues difficiles » appelées « zones d’éducation prioritaire - ZEP », il n’ y a pas de nommination vraiment forcée à proprement parler, cependant l’ autorité dirigeante et gestionnaire se réserve la répartition des enseignants dans les zones considérées déficitaires en postes ; de telle sorte qu’un jeune récemment reçu au CAPES et cela quel que soit son rang obtenu au concours, peut se voir proposé un poste dans une école ou dans un collège « difficile » …

     

    En fait la « question fondamentale » est la suivante :

     

    À l’heure actuelle dans les années présentes, quel jeune métropolitain enseignant débutant ( ou même un « moins jeune ») souhaite aller enseigner à Mayotte et s’y engager pour deux ans et y habiter ?

    Et idem, pour un jeune ou moins jeune métropolitain, en Nouvelle Calédonie ?

    Pour la prime ? Risquer sa peau, sa santé, pour un revenu plus conséquent ? Disons le tout net : Mayotte et la Nouvelle Calédonie sont des « territoires d’enfer » !

    À Mayotte il te faut un logement bardé de grilles en fer portes et fenêtres et les cambrioleurs opèrent en plein jour au vu et au su de tout le monde en défonçant le mur de mauvais agglos à coup de masse ou de gros crics de voitures ( volés dans les voitures) faisant une ouverture par laquelle ils pénètrent et prennent tout… Et à Mayotte sévissent le choléra et la peste, et si t’as un cancer ou une maladie grave à Mayotte ne comptes pas sur l’hôpital de Mamudzu pour te soigner !

     

     

  • Troisième saison - météorologique - désastreuse

    Soleil bis

    C’est une réalité ! Et cela a commencé à partir de la mi octobre 2023, et pour ainsi dire sans interruption vraiment significative, de quelques jours épars en février, en mars et avril 2024…

    Toutes les régions de France ont été concernées par les intempéries – fortes pluies, tempêtes, tornades, coulées de boue, effondrements de terrains, inondations – tout cela à répétition et avec en de nombreux endroits dans les villes et les campagnes, des dégâts considérables notamment des habitations détruites ainsi que des commerces, des bâtiments d’entreprises artisanales et industrielles…

    La question d’« amélioration et de mise en valeur » de l’habitat – patrimoine immobilier - et plus généralement la question de la valeur d’un bien – d’ une maison, d’une propriété – est assurément à revoir ou à reconsidérer, dans un contexte d’événements climatiques de plus en plus violents et fréquents…

    Quelle motivation à entreprendre des travaux coûteux ou d’avoir des projets de rénovation, de construction, en effet, peut venir à nombre d’ entre nous, face à un tel risque devenu aussi élevé de ces événements climatiques dévastateurs ?

     

  • L'indépendance, privilège des puissants

    … Selon Friedrich Nietzsche, philosophe allemand né le 15 octobre 1844 décédé le 25 août 1900, l’indépendance est le privilège des puissants…

    Les gens « ordinaires » n’ayant aucun pouvoir autre que celui de consommer et, quand ils le peuvent et comme ils le peuvent, de s’exprimer ; aspirent à l’ indépendance – ou rêvent d’indépendance, mais ne se donnent pas les moyens d’ être indépendants…

    Les puissants et les dominants font tout ou presque, pour que les gens « ordinaires » n’ apprennent pas à être indépendants, soit par l’ intermédiaire d’ éducateurs, soit (et surtout) par eux-mêmes…

    La culture, la pensée, la réflexion, les livres, la connaissance, et surtout les savoir-faire, sous couvert de démocratie, d’accessibilité de principe ; tout cela codifié, divulgué, travesti, arasé ; parvenu aux « strates » de la société les plus basses, ne rend pas les gens « ordinaires » indépendants, mais leur donne l’ illusion de se sentir indépendants… Et cette illusion leur convient, les satisfont : à tel point que les puissants, qui s’approprient et se réservent la culture en leurs milieux fermés et inaccessibles, codifient, divulguent, travestissent, arasent davantage encore, et de plus en plus, tout ce qui est livré « à la volée » comme du grain à la volaille, aux gens « ordinaires »…

    Et s’ il se lève parmi les gens « ordinaires » quelque crieur observeur fouineur qui a « flairé » le projet des puissants, alors ces derniers l’achètent, le pervertissent, lui font quitter le strapontin sur lequel il est assis au bout d’ une des rangées de la salle pour lui attribuer un fauteuil dans les rangs les mieux placés… Ou bien, ce qui est plus fréquent à vrai dire, le font taire voire l’ élimine…

    Le pire dans l’affaire, c’est que les gens « ordinaires », entre eux se « passent le ballon de l’opinion courante, le même ballon sans cesse lancé et repris… Et que, lorsque l’un d’eux montre un autre ballon ( peut-êre moins rond, ou plus fermement gonflé, ou rouge ou orangé au lieu de vert ou bleu) et le lance, alors personne ou presque ne prend en ses mains cet autre ballon que tous regardent ( ou ne regardent pas) rouler au loin jusqu’à ce qu’il disparaisse…

     

     

  • La lenteur

    … « En cette époque d’accélération, de compétition, survoltée, hyperconnectée, la lenteur est un luxe inouï, ô combien enviable » [ Bernard Pivot, sur Twitter le 15 octobre 2018 ]

     

    … Mais qui envie la lenteur ?

    Très peu d’entre nous, même parmi les personnes de plus de 50 ans voire de 70 ou davantage…

    Et qui se moque de la lenteur et la décrédibilise ?

    Tous les hyperconnectés, tous les accros de l’immédiateté, du like et du partage de clips vidéo, souvent âgés de moins de 30 ans ( mais pas seulement)…

    La lenteur ne signifie pas forcément absence de rapidité, mais aussi et surtout recherche, effort, réflexion, mesure, appréciation… Ce qui implique du temps à passer, inévitablement…

    Ah oui « on a trouvé » : contre cette lenteur qui est bousculée, moquée, « ringardisée »… Il y a l’Intelligence Artificielle ! Accéder à tout en 1 seconde… Et… Soit dit en passant il faut aussi 1 seconde pour oublier ce que l’on vient d’apprendre ou de trouver !

    Au temps des universités du Moyen Age (13ème siècle) l’enseignement était oral et ce qui était acquis et appris était mémorisé…

    Le luxe de la lenteur, c’est bien ce que la lenteur implique de nécessité de recherche, d’effort, de réflexion, de mesure, d’appréciation et donc de temps à consacrer à la recherche, à l’effort, à la réflexion, à la mesure, à l’appréciation…

    La lenteur est aussi le défaut (en fait ce qui est considéré comme étant un défaut) des gens qui ne maîtrisent pas les nouvelles technologies de la communication et tout ce qui est en rapport avec manipulation et procédures… Cette lenteur là, quant à elle, est moquée, et elle discrimine, exclue…

     

     

  • Journée mondiale de cessation de toutes activités, et de silence ...

    … De manifestation et d’opposition à tous les conflits armés et guerres en cours dans le monde qui font des milliers de victimes civiles hommes femmes enfants sous les bombardements et dans les combats sur les lignes de front et dans les rues des villes investies, qui déplacent des populations fuyantes abandonnant leurs biens et leurs habitations, qui concentrent les populations réfugiées dans des camps…

     

    Et contre également tout ce que subissent des personnes, des populations, en matière de répressions policières, d’ internement, de tortures infligées et d’assassinats, dans les pays où la liberté de la presse, la liberté d’expression n’existe pas, sous des régimes autoritaires de dictature… Notamment pour les guerres et conflits en Ukraine, à Gaza, Israël, au Yemen, en Syrie et au Soudan ; et pour les opposants aux régimes autoritaires, en Russie, en Chine, en Iran, et partout ailleurs où n’existe pas de liberté d’expression…

     

    Et contre, encore, les violences faites aux femmes et aux enfants partout dans le monde y compris dans les pays qui se targuent de démocratie, d’égalité, de civilisation, de droits de l’Homme et de morale et de religion…

     

    Une journée mondiale de mobilisation où tout s’arrêterait : les commerces, les entreprises, les transports, les services, les écoles, les administrations, où toute activité cesserait à l’exception des soins d’urgence dans les hôpitaux et centres médicaux, les secours aux personnes dans les accidents survenant…

    Avec des rassemblements dans le silence sur les places publiques, et donc sans paroles, dans l’ immobilité, sans mouvement, sans fanion, drapeau, étendard ou quelque insigne, pancarte, que ce soit…

    Juste une immense banderole où serait inscrit en une seule ligne ; Ukraine Gaza Israël Palestine Yémen Soudan Syrie Ouïghours Nigeria et femmes enfants hommes victimes des guerres, des violences, des persécutions, des déportations, des tortures, des enfermements et des assassinats…

     

    Est-ce que, dans les pays de dictature où les manifestations sont interdites, si des milliers de personnes parvenaient à se rassembler – dans le silence, dans l’immobilité, sans violence… Est-ce que les polices, est-ce que les forces armées au service du Pouvoir en place, ouvriraient le feu sur des gens rassemblés dans le silence et sans aucune violence ou signe de violence ?

     

    Puisse un jour une telle journée mondiale de mobilisation où toute activité cesserait, exister, être une réalité et ainsi, par son retentissement, peser sur l’Ordre dominant du monde ?

     

     

  • Festival de Cannes

    … Dans l’Ordre du monde tel qu’il est ( devenu) et auquel je n’adhère pas pour « beaucoup de choses » qui dans cet Ordre me hérissent, le festival de Cannes cependant, demeure encore à mon sens, l’une des manifestations culturelles et artistiques « les plus emblématiques » - par rapport à bien d’autres comme par exemple l’Eurovision ou la plupart des festivals d’été très courus…

    Mis à part, à Cannes, l’aspect « effets spéciaux » technologiques et le culte des apparences notamment vestimentaires, et du fait que le monde du cinéma, du théâtre et des artistes en général est « un monde à part » bien différent de celui dans lequel vit le « commun des mortels » ; il n’en demeure pas moins que nous sommes bien là dans ces journées de mai tous les ans à Cannes, dans un esprit particulier, dans une qualité de réalisations d’acteurs talentueux, dans une dimension de créativité et de perception aiguë de tout ce qui se passe sur la scène du monde jusque dans ses moindres recoins… Tout cela en quelque sorte « revisité » et comme « repeint » et exploré en profondeur…

    Porteurs de messages forts, les réalisateurs nous montrent que dans un monde en déliquescence où règnent la violence et la barbarie ; rêver, espérer, aimer, est encore possible…

    Extraire du « tableau raté », de la beauté ; tout en faisant ressortir le raté à leur manière, c’est bien là la vocation des artistes, des acteurs, des comédiens, des auteurs et créateurs d’œuvres, des réalisateurs de films …

     

     

  • Enquêtes d'opinions

    … Lorsque l’on a recours à un service marchand sur Internet, ou même lorsque après avoir en tant que client acheté un article, un produit, dans une grande surface commerciale (Decathlon, Intersport, But, Conforama, Bricorama, etc. … Ou recouru à un service de dépannage) l’on est invité par couriel à répondre à un questionnaire de satisfaction…

     

    Toutes ces enseignes commerciales – qui font partie il faut dire, de l’un ou l’autre des géants du marché mondialisé de la consommation et que l’on retrouve partout dans les ZAC, ZI et galeries marchandes, proposant et vendant les mêmes produits et marques, dont les aménagements intérieur et extérieur sont quasiment identiques, formatés aux normes du Marché – n’ont en réalité qu’un seul et même objectif : gagner le plus possible, réaliser les marges bénéficiaires les plus profitables, rentabiliser au maximum… Et donc – et c’est bien là une réalité – prennent la clientèle, le « consommateur lambda », ainsi d’ailleurs que les salariés (souvent à temps partiel) qu’ils emploient… Pour des « valeurs ajustables »…

     

    Avec leurs « promos », leurs cartes de fidélité, ils captent l’acheteur, faisant devenir ce dernier « client fidélisé » avec souvent « un compte sur internet »…

    Ces « enquêtes d’opinion » (de satisfaction) auxquelles il « sied de répondre » en prenant le temps qu’il faut (tout de même quelques minutes)… Sont une « pure hypocrisie » dans un monde marchand de l’argent roi et du culte de l’apparence… Et le « côté humain » question relation, écoute, considération » n’est qu’apparence trompeuse dans le but de séduire et donc, de faire acheter, de faire devenir client…

     

    N’ oublions jamais aussi, que, derrière et en « haut lieu » de toutes ces grandes enseignes commerciales, il y a les lobbies et les actionnaires, et les milliardaires qui eux, n’achètent pas Decathlon, But, Conforama, ne passent pas par Booking com ou par Tripavisor pour leurs séjours de loisirs vacances, et qui vivent au quotidien à mille lieues du monde des gens ordinaires et consommateurs que nous sommes, 99 % des humains…

     

    D’une manière générale, lors du remplissage du questionnaire, les gens ayant acheté un produit, un article, ou ayant recouru à un service, indiquent de 7 à 9 voire 10 sur l’échelle indicative de 0 à 10… Et sont incités à donner leur avis en quelques lignes en conclusion du questionnaire…

    J’ai cessé pour ma part de répondre à ces enquêtes d’opinion… « Ils » s’en foutent royalement, de nos avis, c’est « du pipeau » tout ça, c’est bien « dans l’ordre du monde » celui de l’argent et de l’apparence, et du mépris pour celui ou celle qui n’a pas les moyens ni les capacités…

     

  • Entreprises multiservices

    … Les entrepreneurs multiservices effectuant des travaux de bricolage, de petites réparations en plomberie, électricité, menuiserie etc. ; ainsi que des travaux d’entretien autour de maisons : tonte, taille de haies, débroussaillage… Pour des particuliers, sont souvent des personnes ( plutôt des hommes) qui, n’ayant pas une clientèle justifiant une activité à plein temps de par exemple 40 heures par semaine, exercent un emploi salarié qui lui est de 40 heures par semaine – avec le samedi et le dimanche ou un autre jour de la semaine libres et éventuellement dans la semaine, parfois un matin, une après-midi de libre…

    En conséquence ces entrepreneurs n’étant disponibles qu’en week end ou durant une demi journée, s’ils sont très demandés dans leur entourage, ne peuvent que difficilement répondre rapidement aux attentes, et de surcroît ces entrepreneurs sont tentés de dire oui à plus de gens qu’ils ne peuvent en réalité servir…

    En général les personnes qui ont besoin d’avoir recours à des entrepreneurs multiservices sont âgées d’autour ou de plus de 70 ans, mais pas forcément parce qu’il y a aussi des gens de 30 ou 40 ans qui travaillent en semaine et qui, le week end, ne sont pas des « acharnés du travail » et donc, « font faire ce qu’ils n’ont guère envie de faire eux-mêmes »…

    Le problème avec les entrepreneurs multiservices, c’est outre leur disponibilité lorsqu’ils exercent un emploi salarié à temps complet, c’est aussi le fait qu’ils ne priorisent pas forcément leurs interventions au service de personnes âgées ( 70 ans ou plus) qu’ils « font attendre un bon bout de temps » et qu’ainsi, tel ou tel jour, ils interviennent chez des gens qui « pourraient faire eux-mêmes, jeunes, costauds et en bonne santé qu’ils sont… Donc, t’es vieux, t’as un grand terrain à débroussailler, tondre, entretenir, tu peines à la tâche ( mal au dos, aux reins, fatigue au bout d’une heure de travail), et le type il vient pas – pourtant il a promis, c’est vraiment la galère ! Toi il te faut, à plus de 70 ans, 2h par jour pendant 10 jours pour couper de l’herbe haute avec une débroussailleuse sur une surface de 400 mètres carrés alors que l’entrepreneur multiservices âgé lui de 40 ans et bon travailleur rapide, il ne mettra qu’une demi journée pour faire le même travail sur le même terrain de 400 mètres carrés !

    C’est vrai, « il faut dire les choses telles qu’elles sont » : on vit dans un monde cruel et injuste où les non privilégiés question âge ou moyens financiers et autres, n’ont guère la vie facile, sont délaissés, déconsidérés, parfois moqués si en plus ce sont des gens qui ne sont « pas trop dans l’ordre du monde »…

    Pour conclure ce propos, il vaut mieux recourir à un multiservices qui exerce son activité à temps complet plutôt qu’à un multiservices qui n’intervient qu’en week end ou une demi journée par ci par là dans la semaine.

    Quand à faire appel par exemple à une entreprise sanitaire plomberie pour une petite fuite d’ eau, il ne faut pas y compter car une telle entreprise essentiellement intéressée par de « gros chantiers » n’en a rien à foutre de ton problème de petite fuite d’eau ( tu places un seau sous la fuite et si le seau met huit jours à se remplir, c’est pas trop grave!)…

     

     

  • La réalité des prix au quotidien actuellement

    … L’augmentation des prix en général qui, en 2024 est d’environ 3 % (soit en mai 2024 par rapport à mai 2023, 3%) … N’est pas du tout le « reflet de la réalité »…

    C’est sans doute à peu près vrai pour les produits alimentaires de consommation courante, pour beaucoup de choses usuelles dont on se sert tous les jours, parfois même en dessous de 3 % d’augmentation – quand le prix de certains produits diminue quelque peu – mais en ce qui concerne le prix des services, de l’énergie ( gaz, électricité, essence), de l’eau, de bon nombre d’équipements de loisirs, d’électro ménager ; ainsi que la restauration hors « fast-food », l’hôtellerie, les séjours de vacances en camping, en gîtes, chambres d’hôtes, les déplacements en train ( notamment TGV), en avion hors « low coast »), les locations à l’année ( et surtout saisonnières et occasionnelles), le mètre carré constructible en immobilier, tous les matériaux de construction habitat, les travaux devant être effectués par des entreprises spécialisées, les voitures (et leur entretien et réparations) Tout cela est en augmentation de bien plus de 3 % par an, et ce sont pour l’essentiel ces dépenses là, en produits énergétiques, de services, d’équipements de loisirs, de transport, d’ achat de voitures (neuf et occasion), d’ habitat ( construction, matériaux, recours aux entrepreneurs)… Qui font le pouvoir réel d’achat : il devient de plus en plus évident que tout ce que je viens de citer plus haut, donc hors alimentation et choses usuelles au quotidien – et habillement « standard » ( hors luxe et marque)… Est de moins en moins accessible à des millions de personnes dans notre pays, la France… En effet, en dix ans par rapport à 2014, les prix ont plus que doublé…

    Le pire c’est dans la restauration (plus cher et de moins bonne qualité) et dans les services (plus chers et avec des temps d’attente qui ne cessent de s’allonger, surtout pour de « petites interventions »…

     

     

  • Que reste-t-il de gratuit sur Internet ?

    … Bientôt sur internet il faudra tout payer – par abonnement au moment de l’inscription quelque part pour un service, pour adhérer, etc. … C’est déjà vrai en grande partie, avec « point d’orgue » question accroche et incitation à s’ inscrire, ces fameux trente jours gratuit à l’essai (ou parfois seulement huit jours) avec obligation pour un paiement zéro de quand même indiquer les coordonnées bancaires avec cryptogramme – et bien sûr au bout de la période le prélèvement du prix de l’abonnement annuel s’opère automatiquement parce qu’on n’a pas pensé à se désabonner trois jours avant l’échéance…

     

    Ce qui est encore gratuit, sans abonnement, sans obligation de renouvellement annuel, c’est par exemple « One Drive » espace de stockage en ligne jusqu’à 5Go de contenu, ou Cloud 15 Go de contenu, ou encore Dropbox jusqu’à 2 Go (c’est « pas lèche », 2Go!)…

     

    Et à propos d’espace de stockage en général partout où tu as ou auras besoin d’avoir l’espace adéquat qui te convient en fonction de ta visibilité, de ton nombre de suiveurs, j’ai imaginé qu’un jour ( proche) il sera fixé par les Décideurs du monde de l’ internet, des data, du numérique et des applis, un « prix du web-mètre carré » exactement comme le prix du mètre carré construit en immobilier…

    Là il ne s’agira pas à proprement parler de « web-mètre carré » mais d’espace en Giga Octets de contenu pouvant aller jusqu’à 1, 5, 10 Tetra Octets…

    Et non seulement un prix pour tant de Giga Octets, mais aussi et peut-être surtout pour l’accès aux domaines les plus consultés, les plus courrus, les plus vus, les plus « au top de l’Ordre du Monde »…

     

    Ainsi les rappeurs, les youtubeurs, dont les albums se partagent entre milliers, dizaines de milliers d’abonnés, les meilleurs et les plus likés des producteurs d’ « emblématiques storie’s » sur les réseaux sociaux, toutes les vedettes des Zénith et des Arena, les hommes ( et femmes) politiques, les écrivains célèbres dont les noms s’ affichent aux étals des Leclerc Culturel, enfin tout le gratin milliardaire jet privé belles demeures, tous les crétins qualifiés talentueux et géniaux, toute la médiocrité érigée en grande valeur de nouvelle culture… Tout « ça » aura droit à l’accès au Grand Domaine de l’Ordre du Monde grâce au « Sézame » dont il faudra bénéficier, et du financement qui va avec…

    Les « autres » - tous les autres – quelle que soit leur condition, leur espérance de visibilité et de notoriété, leur talent ou leur absence de talent, les moyens qu’ils ou elles se donnent question effort et travail pour y arriver… Devront acquitter un paiement annuel de – à la base ( au minimum) – par exemple 100 euro pour un espace de 1 go de contenu ( donc 1000 pour 10 Go)… ( Blogs, sites, forums, réseaux sociaux )… Et comme l’on s’en doute, le prix du « web-mètre carré » ( 1Go de base) augmentera d’une année à l’autre et en fonction du « marché du web-mètre carré » selon le domaine en lequel on souhaite entrer…

     

     

  • L'occidentalisme

    … N’est pas loin s’ en faut, en cette fin de premier quart de 21ème siècle, le fait des seuls pays dits « occidentaux » !

    La Russie, la Chine, et d’une manière générale tous les pays « en voie de développement » ( anciennement du « tiers monde ») du moins pour les populations « relativement privilégiées » de tous ces pays qui critiquent les « valeurs et les modes de vie à l’occidentale »… N’ont pas de « leçons de morale » à donner !

     

    Un Poutine peut bien fustiger un « occident décadent » en ciblant comme il vient de le faire l’Eurovision 2024 qu’il considère comme une mascarade déjantée ( ce qui est il faut dire, la vérité)… Mais dans son pays même, la Russie, dans les « beaux quartiers » de Moscou et des grandes villes russes, il y a de grands centres culturels et de spectacle musique danse où l’on y voit exactement pareil comme à l’ Eurovision, tout aussi « dans le vent », complètement déjanté emplumé, et avec des effets spéciaux technologiques, avec des « vedettes » tout autant « carnavalesques » et ahurissantes que sur les scènes des Zéniths et Arena des grandes villes Européennes, et un public de « branchés » qui paye des équivalents de 80 ou 100 euro pour assister à ces spectacles sur réservation internet !

    Et idem à Beijing Pékin, à Shangaï, à Tehéran, au Caire, à Dakar, à Rio de Janeiro, à Mexico !

     

    C’est pas l’occident ( ou l’occidentalisme) qui est en cause, c’est toute la planète avec l’ensemble de tous les consommateurs qui font « marcher la boutique du fric -roi et des apparences et de l’ effet de scène, qui se gavent de nouveautés, d’ excenticités, de gadgets technologiques, tout ça dans un individualisme forcené, dans une gabegie monumentale, avec leurs storie’ s sur Tik Tok Instagram, leur langage « branché » complètement éloigné de la littérature de leur pays, qui s’affranchit de toutes les règles, qui se libère de toutes les contraintes, et qui « fout tout en l’air » dans l’ arrogance, dans la suffisance, dans l’insolence, dans l’ irrespect le plus total et le plus ostensiblement exprimé ! Et pendant que tout ça se fait d’un bout à l’autre de la planète, il y a des gens, des femmes, des gosses, qui crèvent sous les bombes dans les guerres, des populations déportées, des manifs ( des « manoufs ») pour une cause mais pas pour les autres causes aussi sensibles et nombreuses que la cause qu’on met en avant… Une hypocrisie d’une crasse dégoûlinante de miel et de chimie criminelle qui a atteint le summum avant que finissent les 50 premières années du 21ème siècle… Je vous le dis c’est « Grand Hôtel du Merdier » !

     

     

  • Vélo à assistance électrique

    … Comme son nom – sa définition- l’indique, ce n’est pas, à proprement parler un vélo électrique tel que par exemple une trottinette électrique qui elle, dans son utilisation nécéssite forcément que l’on utilise la batterie en permanence (à moins de s’aider avec le pied pour avancer, de la même façon qu’avec une trottinette normale)…

    L’assistance électrique – de plusieurs niveaux au minimum 3 – d’un vélo est en fait une association entre l’ aide du moteur et l’effort fourni par l’utilisateur. En conséquence l’usage d’un vélo à assistance électrique n’ annule pas l’ effort à fournir… Il faut pédaler…

     

    Pour les vélos dont le moteur est à la roue arrière et la batterie fixée sous le porte bagage derrière la selle, tout le poids du vélo repose sur l’arrière ce qui a pour conséquence une installation moins aisée sur un porte vélo fixé à la voiture, et une maniabilité aussi, moins aisée… Poids compris entre 24 et 27 kg avec batterie selon le modèle de vélo ( 3kg pour la batterie)… À prendre en compte pour un chargement notamment longue distance sur un porte vélo fixé à la voiture, chaque support – de 2 à 4 – limité à 25 kg ou au total pour 3 à 4 vélos 60 kg… Donc il faut un porte vélo « costaud » - spécial pour vélos électriques – ce qui nécessite un investissement non négligeable ( environ 500 à 600 euro )…

     

    Avec un moteur central, au pédalier, c’est bien mieux mais en général, avec moteur central la batterie se trouve placée « en diagonale » sur le cadre sous le guidon, ce qui a pour conséquence d’un côté une meilleure répartition du poids du vélo, mais d’un autre côté, une moins bonne stabilité dans le maniement du guidon pour tourner et lorsque la route ou le chemin est en mauvais état ( chemin avec gravier, cailloux, pierrailles)… Donc attention dans les pentes accentuées sur des chemins non bitumés, tu te retrouves par terre ( avec le vélo) en dérapant…

     

    Enfin, quelque soit le type de vélo, avec moteur central ou à la roue arrière, même pour un vélo à 3 ou 4 000 euro, il y a une difficulté qui peut apparaître dès la première sortie : lorsque tu dois effectuer un redémarrage en côte ou en pente même peu prononcée, par exemple en ville à un feu rouge – rue en pente – ou sur route montante pour une raison ou une autre qui t’oblige à arrêter, si t’ as pas assez de force avec le pied pour appuyer sur la pédale, avec pourtant l’assistance électrique mise en « éco » ou en « sport » voire « boost », tu te retrouves en équilibre instable sur le vélo, il faut que le vélo ait pu avancer au moins d’un mètre, si ce n’ est pas le cas, tu peux tomber ( et le vélo avec)… Alors tu dois dans ce cas, finir la pente en poussant le vélo à pied jusqu’ à l’ endroit où ça redevient plat…

    C’est souvent le cas, cette difficulté là, pour les personnes de plus de 70 ans ( la force dans l’appui du pied sur la pédale au démarrage en pente)…

     

    Et n’oublions pas que le niveau d’assistance sollicité implique forcément de choisir le développement adéquat en fonction du niveau d’ assistance : d’ où l’ utilisation judicieuse et adaptée du dérailleur : de 1 à 7 ou 8 selon modèle, 1 étant le plus petit développement, et 7 ou 8 le plus grand… Par exemple avec « éco » il faut 3 ou 2, ainsi qu’avec « sport » - et 1 selon le pourcentage de la pente… Donc jamais 7 ou 8 avec un niveau d’assistance !

     

    « L’ un dans l’ autre » - porte vélo adapté pour les VAE ( 590 euro) plus le vélo d’ un modèle autre que ceux proposés à bas prix 500/700 euro, soit 1700 euro chez Intersport) – il faut reconnaître que c’est là un « investissement » non négligeable… Comme je le disais par ailleurs : «  le prix d’un séjour de vacances 2 semaines hébergement nourriture frais divers déplacement en voiture plusieurs centaines de kilomètres péage autoroute, ou une croisière en Méditérranée d’une semaine à deux, ou un voyage séjour Touropérator pays « de rêve »… « question de bugdget »… Et de choix à faire dans ses dépenses (à condition d’ en avoir les moyens)…

     

    Reste la question « écologique » avec la batterie dont les composants sont des « métaux rares » qu’il faut extraire dans des endroits limités de la planète, et dans des conditions de travail déplorables pour les gens (dont des enfants) qui triment des 10 heures par jour dans les mines en Afrique ou en Asie…

    Mais, « comparativement » aux batteries de voitures électriques (de 160 à 300 kg alors que 3kg pour un vélo) le « VAE » demeure encore relativement « moral » - si l’ on peut dire !

    Cela dit une croisière « de rêve » Costa ou MC – en Méditérranée avec promenade à âne en Crète (ou aux Caraïbes) c’est « pas très écolo »… Et dur/dur pour les ânes devant transporter des plantureux bouffis chargés de sacs sous un soleil de plomb – quand ces ânes ne sont pas « titillés à coups de bâton » par des guides coureurs de « bakchich » !

     

  • Eurovision 2024

    Eurovision

    … Si c’est « ça » le visage de la culture du 21ème siècle – autant dans le monde occidental que dans le monde non occidental mais rappelons que les deux mondes sont tous deux aussi occidentalisés l’ un et l’autre question culte de l’ argent, de l’apparence, du consumérisme, de la dominance des modes et des opinions – alors je n’ adhère pas du tout à cette culture !

    Passons, outre ce que l’ on peut voir avec cette image, sur la « flopée » ahurissante, démentielle, hallucinante, complètement déjantée… De tous les candidats de chaque pays ( presque tous) harnachés, travestis, vêtus, coiffés, piercingués, quincaillés, tatoués qu’ ils sont, tout cela avec les effets spéciaux technologiques, de scène…

    Culture de la chanson et de la musique en l’ occurrence avec cette éditon 2024 de l’Eurovision… Mais aussi – et autant – culture de l’ écrit, du graphisme, de la peinture, de la sculpture, de la littérature, du cinéma, du théâtre… Et de toute forme d’ expression – personnelle ou de groupe… En ce 21ème siècle déjanté du « tout est possible » jusqu’à l’ inconcevable, jusqu’au plus surprenant, jusqu’au plus « fédérateur » d’ engouements manifestés par des tapements de pieds et de mains, des hourrahs et des « like » sur les réseaux sociaux, et des séquences vidéos smartphoniques tik-tokisées/instagramisées…

    Du pur délire tout ça !

     

    Une « note d’humour » de ma part… « Qui vaut ce qu’ elle vaut » :

    « J’ invente » :

    C’est Raëlle, la jeune candidate d’Israël qui arrive sur la scène, ovationnée par ses fans… À la moitié de sa chanson voilà-t-il pas que sa longue jupe déstructurée toute brillante de paillettes argentées se plaque contre sa jambe, toute mouillée que inopinément et brusquement elle est. Une petite fille parmi les spectateurs présents s’écrie : oh elle pisse Raëlle !

    Et c’est Célestine, la candidate de la France, étudiante à Science Po, qui arrive à son tour sur la scène… Une nièce de Benyamin Netanyaou dans un kibbouz devant son poste de télévision assiste à l’édition 2024 de l’Eurovision. Elle s’écrie en voyant apparaître Célestine : « oh non, pas Célestine » !